Trop de générosité : danger!

 

Est-ce que ça t’arrive de…

  • Rendre service à quelqu’un alors que tu n’en as pas envie?
  • Te perdre pour prendre soin des autres?
  • Dire « oui », alors que tes tripes disent « non »?
  • Être mal à l’aise de recevoir?
  • Te sentir bien uniquement quand tout le monde autour de toi est bien?
  • Te dire « Pourquoi j’ai encore dit oui? » ou bien « Pourquoi je me suis encore embarquée là-dedans? »?

Tu te reconnais? Alors, continue.  Prends quelques minutes pour vérifier si tu ne serais pas prise dans le cercle vicieux de la générosité. Ne t’en fais pas, je vais t’aider à éclaircir tout ça.

Rendre service. Faire du bénévolat. Écouter un ami ou un collègue qui vit une situation difficile. Offrir un don à une œuvre caritative. Voilà autant d’exemples de gestes de générosité, qualité très valorisée dans notre société. J’en conviens, être généreux, c’est super. Mais savais-tu que ça peut aussi cacher quelque chose de sournois?

 

Générosité et fausse estime de soi

L’estime de soi, la vraie, repose toujours sur l’être, la personne que tu es au fond de toi. C’est en te respectant que tu bâtis ton estime. Mais si pour te sentir valable, tu as besoin de donner, et que ce n’est jamais assez, ton estime de soi repose alors peut-être sur la générosité.  C’est là qu’il y a danger.

Je vais peut-être te surprendre, mais dire « non », ce n’est pas être un monstre d’égoïsme. Au contraire : si tu prends soin de toi en premier, que ce soit en t’entraînant 3 fois par semaine, en te faisant masser ou bien en lisant un bon roman dans un bain chaud, tu pourras prendre soin des autres encore mieux.

Attention, je ne suis pas en train de prôner l’individualisme et de te dire de te soucier uniquement de toi-même. Pas du tout! Donner, c’est bien. Tu as le droit de garder tes petits-enfants à leur retour de l’école pour rendre service à ton fils. Tout comme tu as le droit de t’impliquer dans un organisme pour redonner à la communauté. La générosité, je le répète, est une très belle qualité.

Mais si ta valeur repose sur cette générosité, si ça t’arrive régulièrement de négliger tes propres besoins et de dépasser tes limites pour prendre soin des autres, ça cache peut-être un problème d’estime de soi.

 

3 lumières à surveiller

Une lumière allumée sur ton tableau de bord, c’est un signal pour attirer ton attention sur un problème à résoudre. C'est comme un fièvre qui informe d'une infection. Voici donc 3 lumières à surveiller :

  • Si tu te sens une meilleure personne quand tu es généreuse que quand tu refuses de rendre service.
  • Si tu te sens coupable de dire non.
  • Si tu ressens une peur démesurée par rapport à la réaction de l’autre si tu refuses de l’aider. Sur une longue période, cette façon de se valoriser pourrait même mener à des problèmes d’anxiété.

Si tu te renies pour prendre soin des autres, si tu :

  • Ravales des émotions;
  • Négliges tes besoins;
  • Dépasses tes limites;
  • Acceptes des choses qui vont à l’encontre de tes valeurs;
  • Mets tes rêves et aspirations de côté…

Chaque fois, tu perds des points d’estime de toi. Ton infection s’aggrave. Ton estime baisse. Tu oses encore moins dire « non ». Tu dépasses encore plus tes limites. Ton estime baisse encore. Tu donnes encore plus pour te sentir valable. Tu vois le problème d’estime s’infecter?

 

Et si je ne soigne pas mon infection?

Si tu fais 41 °C de fièvre et prends des Tylenol, l’acétaminophène va atténuer les symptômes. Mais si tu ne soignes pas la source de la fièvre, l’infection, ton état va continuer de se détériorer.

Ramenons tout cela à la générosité…

Si ta valeur dépend de ta générosité, si tu te sens coupable de dire « non », si tu as une peur démesurée de la réaction de l’autre, ce ne sont pas des problèmes, ce sont des symptômes. Ce sont des fièvres. Le foyer d’infection, il se situe au niveau de l’estime de soi.  C’est donc en augmentant ton estime que ces fièvres vont diminuer jusqu’à disparaître.

Si tu cherches à cesser de donner sans compter, à apprendre à dire non, à faire disparaître la culpabilité, à cesser d’avoir peur de la réaction de l’autres, sans bâtir ton estime, tu n’y arriveras pas.  Et ce n’est pas parce que tu n’es pas bonne. Non. C’est simplement parce que c’est irréaliste. C’est l’équivalent de tenter de faire disparaître la fièvre sans soigner l’infection.

La bonne nouvelle, c’est que tu n’as pas 4 problèmes à résoudre. Tu n’en as qu’un. En bâtissant ton estime, toutes ces difficultés vont éventuellement disparaître. Tu soignes l’infection, la fièvre et les boutons disparaissent. 

Plus tu vas gagner en estime, moins tu seras vulnérable au cercle vicieux de la générosité.  Ne t’en fais pas. Tu vas continuer d’être généreuse. T’es de même! Mais tu ne le feras plus à ton détriment. Le but, ce n’est pas de ne plus prendre soin des autres. C’est de prendre soin de toi, aussi.

Comment bâtir ton estime? En t’étant fidèle. En te respectant. Et ça, ben ça s’apprend!

En fait, tu as 30 muscles psychologiques à développer.  Sois rassurée, tu en as sûrement quelques-uns qui sont déjà développés. Tu pourras vérifier tout ça dans pas long.  Ci-dessous, je t’offre une auto-évaluation pour t’aider à identifier ceux qu’il te reste à développer.  On développe un muscle à la fois et l’ordre est déjà préétablie. Tu vas voir, avec cet outil, tu seras en business pour prendre en main ton estime, pour vrai! Tu sauras exactement quoi faire et dans quel ordre. 

Ces muscles sont répartis en 7 groupes :

  1. Me traiter avec bienveillance
  2. M’entourer avec soin
  3. Être fidèle à mes émotions
  4. Être fidèle à mes besoins
  5. Être fidèle à mes limites
  6. Être fidèle à mes valeurs
  7. Être fidèle à mes rêves et inspirations 

 

Tu veux ton auto-évaluation?

C’est ici!

Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.