Votre juge intérieur vous déclare coupable? Organisez un procès!

Juge

Votre juge intérieur vous déclare coupable? Organisez un procès!

Cette chronique est la 2e d’une série sur la culpabilité : (1) Cette voix intérieure qui me critique ou me dévalorise, (2) Ce juge intérieur qui me déclare coupable et (3) La culpabilité qui mène vers la liberté!

Lorsqu’on se sent coupable, la première chose à faire est d’identifier de quel type de culpabilité il s’agit.  En effet, il y en a plusieurs et, pour chacune, l’intervention qui la fera disparaître est différente!  Quand vous connaitrez les différents types et le moyen de neutraliser chacun, vous pourrez reprendre le pouvoir sur cette sensation désagréable qui en accable plusieurs!

Voyons aujourd’hui le deuxième type : ce juge intérieur qui me déclare « coupable »!  Si vous êtes aussi habité de ce juge, réjouissez-vous!  C’est un élément qui nous différencie des psychopathes!

En effet, les humains ont un « Code de lois » personnel : une liste de règles à respecter pour se sentir un bon humain!  On a tous des façons d’agir qu’on s’autorise et d’autres qu’on s’interdit.  Ce code de lois est unique à chaque personne, il vient de notre histoire, de notre éducation et des choix qu’on fait une fois devenu adulte.

Aussi, les humains ont un juge intérieur qui s’occupe de faire respecter ces lois.  Sa tâche est de toujours garder un œil sur notre liste personnelle de règlements et, dès qu’il nous prend en flagrant délit, il nous déclare « coupable » sur le champ.  Ce juge est très rigide!  Il n’a qu’une fonction : dès qu’une règle n’est pas respectée, il nous envoie un sentiment de culpabilité.  Il ne réfléchit pas davantage!  Il ne tient pas compte des circonstances ni de tous les éléments qui sont en jeu.  En plus, il ne nous invite pas à discuter ou à nous défendre.  On est condamné sans avoir de défense pleine et entière!

La première chose à faire est de ne pas accepter d’emblée ce jugement de culpabilité!  Il manque en effet une étape importante dans ce « processus judiciaire » interne :  Le procès!  C’est à nous de l’organiser!

Plutôt que d’accepter ce jugement sans s’être défendu, je propose de prendre le temps de se poser 3 questions : (1) Quelle est la loi que je n’ai pas respectée? (2) Qu’est-ce que j’ai priorisé à la place? (3) Est-ce que je suis d’accord avec ça?

Ce processus mène généralement à l’un des 3 résultats suivants :

(1) Je suis d’accord et le juge se calme.  C’est ce qui arrive quand on constate qu’on a plutôt priorisé une autre règle qu’on considère plus importante.

(2) Je constate que la règle ne me convient plus et j’y apporte un amendement.  En effet, nos règles ont parfois besoin d’être assouplies.  Surtout celles qui contiennent un « toujours » ou un « jamais ».  Par exemple, « Je dois toujours être disponible pour aider les autres ».  On peut en venir à constater que cette règle n’est pas saine pour nous.  Ça ne signifie pas de la rayer de notre code, mais peut-être de choisir d’y apporter un changement : « Je dois être disponible pour aider les autres lorsque mon énergie le permet ».

(3) La culpabilité demeure parce que je n’ai pas respecté mes valeurs.  Dans ce cas, c’est normal et sain que je me sente coupable!  C’est un mécanisme qui assure qu’on mène une vie en conformité avec nos valeurs!

La prochaine fois que votre juge intérieur vous déclarera coupable sans procès, ne vous laissez pas traiter ainsi!  Réveillez votre avocat intérieur!  Vous pourrez constater par vous-même les résultats!

 

Ne me croyez pas sur parole, essayez-le!

Karène Larocque, Semeuse d’engrais pour humain!

La semaine prochaine :  La culpabilité qui mène vers la liberté!

Trucs et astuces

Tous les articles!

Simplement Humain à CIEU-FM

Toutes les capsules radios!

Événements à venir

Conférences, formations & ressourcement!

Abonnez-vous pour ne rien manquer!

Conférences, formations, chroniques radios, capsules vidéos, textes, etc.

* Information requise

Voir les archives.

Partagez cette page

Comments

  1. […] série sur la culpabilité : (1) Cette voix intérieure qui me critique ou me dévalorise, (2) Ce juge intérieur qui me déclare coupable et (3) La culpabilité qui mène vers la […]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *