La culpabilité qui mène vers la liberté!

La culpabilité qui mène vers la liberté!

La culpabilité qui mène vers la liberté
Tolérez-là! Au bout du tunnel... elle disparaît!

Cette chronique est la 3e d’une série sur la culpabilité : (1) Cette voix intérieure qui me critique ou me dévalorise, (2) Ce juge intérieur qui me déclare coupable et (3) La culpabilité qui mène vers la liberté!

Lorsqu’on se sent coupable, la première chose à faire est d’identifier de quel type de culpabilité il s’agit.  En effet, il y en a plusieurs et, pour chacune, l’intervention qui la fera disparaître est différente!  Quand vous connaitrez les différents types et le moyen de neutraliser chacun, vous pourrez reprendre le pouvoir sur cette sensation désagréable qui en accable plusieurs!

Voyons aujourd’hui le troisième type : La culpabilité qui mène vers la liberté!  Une culpabilité qui apparaît lorsqu’on décide de se prioriser dans la vie!  Vous vous sentez coupable de vous accorder du temps?  Lorsque vous prenez soin de vous plutôt que des autres?  Alors cet article est pour vous!

Certains humains ont l’habitude de faire passer les autres en premier et c’est seulement quand les autres vont bien qu’ils se permettent de prendre enfin du temps pour eux.  Généralement, on finit par en payer le prix : frustration, déception, épuisement, anxiété, etc.

Vient alors le moment où on décide de se prioriser.  C’est là qu’arrive la culpabilité dont il est question aujourd’hui : Lorsqu’on décide de passer de « Je priorise les autres. » à « Je me priorise. ».  Pour passer d’une position à l’autre, on doit traverser le tunnel de la culpabilité!

Contrairement aux autres formes de culpabilité, on ne cherchera pas à neutraliser celle-ci!  On tentera plutôt de la tolérer.   C’est comme ça qu’elle disparaîtra et qu’on se méritera le droit de prendre soin de soi!

Au début, quand on fait le grand saut et qu’on décide de se prioriser dans la vie, on a chaque fois tendance à se sentir coupable!  On pourrait comparer cet inconfort à un muscle tendu qu’on doit assouplir en l’étirant.  On doit donc tolérer cet inconfort un moment pour se rendre à « Je me priorise »!  L’important, c’est de tolérer la culpabilité tout en continuant de s’occuper de soi.

Je recommande de tolérer au moins 30 minutes de culpabilité avant de retourner s’occuper des autres!  J’aurai alors débroussaillé les 30 premières minutes du tunnel.  La prochaine fois, la culpabilité arrivera plus tard et je la tolèrerai encore 30 minutes, et ainsi de suite.  De cette façon, je finirai par atteindre le bout du tunnel : « me mettre au premier plan de ma vie » et la culpabilité disparaîtra!

Pour ceux et celles qui ont peur de devenir égoïstes : se prioriser, ça ne veut pas dire se foutre des autres!  Ça veut dire de se mettre au premier plan!  On ne le fait pas « contre » les autres, on le fait « pour » soi!  Même qu’on sera bien plus disposé à aider et à soutenir les autres si on prend d’abord soin de soi!  C’est d’ailleurs ce qu’on recommande lors des consignes de sécurité dans les avions : « Mettez votre masque à oxygène avant de porter assistance à une autre personne. ».

Je vous souhaite tout le courage que ça prend pour vous rendre au bout du tunnel et, enfin, profiter d’être au centre de votre vie!

 

Ne me croyez pas sur parole, essayez-le!

Karène Larocque, Semeuse d’engrais pour humain!

La semaine prochaine :  Le jugement des autres : On ne peut pas être « la sorte » de tout le monde!

Tous les articles!

Trucs et astuces

Simplement Humain à CIEU-FM

Toutes les capsules radios!

Événements à venir

Conférences, formations & ressourcement!

Abonnez-vous pour ne rien manquer!

Conférences, formations, chroniques radios, capsules vidéos, textes, etc.

* Information requise

Voir les archives.

Partagez cette page

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *