Contribuer à la confiance en soi d’un autre humain!

Aider à gravir

Contribuer à la confiance en soi d’un autre humain!

Cet article a été publié par le Réseau Québécois de l’Association Canadienne pour la Santé Mentale dans le coffre à outils de la Semaine Nationale de la Santé Mentale (Édition 2011).  Je les remercie de m’accorder la permission de le reproduire ici.

Comment contribuer à la confiance en soi d’un autre humain?

On confond souvent la confiance et l’estime de soi. Ces deux concepts sont pourtant bien différents l’un de l’autre. L’estime de soi repose sur l’évaluation que l’on fait de notre propre VALEUR (combien on se considère « valable ») ; tandis que la confiance en soi repose sur l’appréciation de notre CAPACITÉ à faire quelque chose (combien on se considère « capable »). L’estime de soi découle essentiellement de la fidélité à soi-même. C’est le résultat de notre conformité à nos émotions, nos besoins, nos limites et nos valeurs. La confiance en soi s’appuie sur l’expérience que nous avons acquise dans un domaine particulier. On découvrira dans ce texte les caractéristiques de la confiance en soi et de son développement.

Attention : le manque de confiance, l’insécurité et la peur sont souvent sains

Ne pas avoir confiance lorsqu’on est exposé à un domaine qui nous est inconnu, où on est débutant est tout à fait normal. Le sentiment de confiance vient précisément avec l’expérience! Nombre d’individus interprètent à tort tout manque de confiance comme une faiblesse. Et plutôt que de se lancer et acquérir une expérience comme un débutant, avec un sentiment normal et sain d’insécurité, ils optent pour l’évitement. Or, c’est en évitant l’expérience qu’on entretient notre insécurité et qu’on prive notre confiance d’une occasion de se développer.

Comment contribuer à la confiance en soi de l’autre?

TransmettreTransmettre les informations suivantes :

  • Un manque de confiance n’est pas nécessairement un problème.
  • La confiance se bâtit avec l’expérience.
  • Il est tout à fait sain de ne pas être confiant lorsqu’on débute dans un domaine.
  • Tous les humains, même adultes et matures, ressentent de la peur lorsqu’ils font face à l’inconnu.

Reconnaître comme normales la peur et l’insécurité :

  • Pour reconnaître la peur tout en encourageant l’action, on pourrait dire : « Je comprends que tu aies peur, c’est tout à fait normal dans un contexte nouveau! Plus tu prendras de l’expérience, plus la peur diminuera! »

La confiance s’applique toujours à un domaine particulier

On entend parfois une personne affirmer qu’elle n’a pas confiance en elle sans pour autant associer cette difficulté à un domaine particulier. Comme si ce problème affectait l’ensemble de ses habiletés. Pourtant, lorsqu’on affirme une telle chose, on fait toujours allusion à une habileté particulière.

Comment contribuer à la confiance en soi de l’autre?

  • Inviter la personne à établir clairement le domaine dans lequel elle considère manquer de confiance. Cela a pour effet de circonscrire le problème qui paraît alors moins lourd à affronter.

Le « je n’ai pas confiance en moi » deviendra, par exemple, « je n’ai pas confiance en ma capacité de m’exprimer en public ». De plus, cette nouvelle formulation indique dans quelle direction travailler pour acquérir cette confiance tandis que la première formulation laisse le problème entier sans suggérer de piste de solution.

La confiance se bâtit par l’accumulation d’expériences

La seule voie pour atteindre la confiance en soi est celle de l’expérience. Ce n’est qu’en accumulant une expérience dans un domaine que l’on peut développer un sentiment de confiance dans ses capacités.

Lorsqu’il y a absence d’expérience, on parle de foi plutôt que de confiance. Cependant, cette foi en sa capacité de réussir facilite l’apprentissage et le développement d’une nouvelle habileté.

Plusieurs, pourtant, se croient incapables de réussir et ne tentent même pas l’expérience!

Comment contribuer à la confiance en soi de l’autre?

  • Transmettre l’information suivante : Ce n’est qu’en expérimentant qu’on peut acquérir de la confiance en soi.
  • Valoriser l’essai avant l’abandon.

Le droit à l’erreur

Avant de maîtriser une nouvelle habileté, on est d’abord débutant.  Et lorsqu’on est débutant, il est tout à fait normal de faire des erreurs, de se tromper. Ce droit à l’erreur est nécessaire au développement de la confiance.

Non seulement l’erreur est normale et saine, mais elle contient de l’information importante. Cette information nous éclairera en particulier sur les ajustements à apporter pour rendre l’entraînement plus efficace.  Lorsqu’on fait une erreur, il suffit de nommer clairement la leçon qu’on en tire et d’en tenir compte par la suite.  À partir de ce moment, on ne pourra plus parler d’erreur puisqu’on aura converti cette dernière en apprentissage!

Comment contribuer à la confiance en soi de l’autre?

  • Aborder l’erreur comme une étape normale, voire incontournable du développement d’une habileté nouvelle.
  • Montrer à convertir les erreurs en apprentissages en invitant la personne concernée à nommer les leçons qu’elle tire de chaque erreur commise.

Pour un entraînement efficace, une dose calculée de risque est nécessaire

Lorsqu’on s’entraîne, on doit traverser une zone d’inconfort pour se développer. Un peu comme lorsqu’on s’étire pour développer sa flexibilité et qu’on doit demeurer dans une zone d’inconfort. Si on limite l’étirement en s’arrêtant avant de sentir cet inconfort, on ne se développe pas. À l’inverse, si on va trop loin, on risque de se blesser; il nous faudra alors un moment pour nous soigner et nous remettre en forme avant de reprendre l’entraînement.

Il en est de même pour toute habileté qu’on tente de maîtriser. La peur peut ici avoir un rôle équivalant à la sensation d’étirement dans un muscle. On doit la sentir sans aller trop loin. Lorsqu’on perçoit une expérience comme intolérable et terrifiante, cela peut indiquer que l’on n’a pas encore les capacités nécessaires pour y faire face. Il faut alors diminuer le niveau de difficulté afin de la rendre tolérable. Une dose de risque est nécessaire, mais il faut aussi respecter son rythme. La peur sera donc la mesure m’indiquant les expériences à faire qui me permettront de me développer : toute expérience inconfortable ET tolérable est une occasion de développer ses habiletés et de bâtir sa confiance.

Comment contribuer à la confiance en soi de l’autre?

  • Valoriser la prise de risque.
  • Valoriser le respect de son rythme.

Savoir s’entourer

Plusieurs attitudes (savoir-être) ont un rôle important à jouer dans le développement du sentiment de confiance : être audacieux pour prendre des risques, être respectueux de son rythme, être persévérant, valoriser le changement et le développement personnel.  Une attitude ne s’acquiert ni par l’expérience ni par l’accumulation des connaissances. Une attitude se développe par le biais de modèles. En effet, pour acquérir les attitudes centrales dans le développement de la confiance, il est nécessaire de s’entourer de gens adoptant ces mêmes attitudes. Évidemment, il est tout aussi nécessaire de réduire ses contacts avec les individus qui adoptent des attitudes opposées.

Comment contribuer à la confiance en soi de l’autre?

  • Inviter la personne à identifier dans son entourage les individus audacieux, respectueux de leur rythme, valorisant le changement et le développement; et lui recommander d’augmenter la fréquence de ses contacts avec ces individus.
  • Inviter la personne à identifier dans son entourage les individus qui adoptent les attitudes opposées à celles précédemment nommées; et lui recommander de diminuer la fréquence de ses contacts avec eux.

Le moyen par excellence de contribuer à la confiance chez l’autre

Si vous désirez favoriser le développement de la confiance des personnes qui vous côtoient, sachez que vos actions enseignent davantage que vos paroles! En réalité, les gens apprendront de ce que vous faites et non de ce que vous dites. La voie royale pour favoriser la confiance chez vos proches est d’être un modèle qui concrétise les façons d’être et de faire qui mènent à la confiance!

Éléphant modèle

Le modèle idéal pour contribuer à la confiance en soi des gens qui vous côtoient :

  1. Se donner le droit d’avoir peur dans un contexte nouveau.
  2. Se montrer inquiet dans un contexte nouveau.
  3. Toujours compléter sa phrase « Je n’ai pas confiance en moi » en nommant précisément le domaine dans lequel on manque de confiance.
  4. Se croire capable de devenir confiant si on s’entraîne.
  5. Être audacieux ou audacieuse et prendre des risques calculés.
  6. Respecter son rythme et son propre niveau de développement.
  7. Faire ouvertement des erreurs.
  8. Toujours convertir ses erreurs en apprentissages.
  9. Être persévérant, ne pas abandonner avant d’avoir fait plusieurs essais;
  10. S’entourer de personnes bienveillantes à son égard.

La voie royale est donc d’incarner soi-même les attitudes qui favorisent le développement de la confiance. En devenant soi-même un tel modèle, nous contribuons à ce que toutes les personnes qui nous côtoient acquièrent ces attitudes. Au bout de cette route, une récompense attend toutes ces personnes modèles : l’acquisition de leur propre confiance!

Tous mes textes

Pour prendre soin de votre santé psychologique!

Simplement Humain à CIEU-FM

Toutes les capsules radios!

Événements à venir

Conférences, formations & ressourcement!

Abonnez-vous pour ne rien manquer!

Conférences, formations, chroniques radios, capsules vidéos, textes, etc.

* Information requise

Voir les archives.

Partagez cette page

Comments

  1. Reply

    Merci, on dirait que toutes ces écritures sont pour moi, mon vécu, mes blocages et ma croissance personnelle étape par étape ou marche par marche.
    Ce n’est pas toute ma personne qui fait défaut mais des manques d’expérience dans de nouveaux vécus.
    Mais pour bien les réaliser, le repos, une cettaine aisance financière et un bel encadrement de personnes sont appropriés pour mon cas.
    Comment vous remercier ?
    Le temps estival amène des occasions de socialiser qui sont appropriés pour débuter de nouvelles expériences.
    Merci belle et bonne gaspésienne d’aider un gaspésien en manque de comprendre ses vides d’expérience dans de nouveaux vécus et ma manière de décrocher et de m’amuser en socialisant.

    • Reply

      Bonjour Normand! Comment me remercier? En me l’exprimant comme vous venez de le faire! 😉 Je vous souhaite de belles occasions d’expérimenter et de vous amuser! Au plaisir!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *